L’Asso

Dans quel état d’esprit ?

Fidèles à la démarche que nous avons conduite depuis la création de la page du Groupe H&A, nous avons pensé que la mise en place d’une structure associative était incontournable si nous voulions que nos problématiques soient prises en compte par les pouvoirs publics.

Nous voyons bien que les mouvements qui ne se dotent pas d’une organisation structurée, s’appuyant sur des modes de fonctionnement et de décisions clairement définis, ont du mal à se projeter et à peser réellement dans la réalité politique et sociale.
L’histoire récente nous le rappelle encore…

Nous nous sommes, donc, mis au travail pour passer du stade de groupe national SR ‘qui n’a jamais pu trouver rééllement une place dans l’organisation au caractère spontané des Stylos Rouges), à celui de structure associative assumant les contraintes de règles de fonctionnement écrites.

Nous avons fait le choix d’une association la plus ouverte possible, en tirant, bien évidemment, toutes les conséquences des manoeuvres que nous avons vu, ici ou là, dans l’histoire du mouvement social et associatif.

Certains d’entre nous ont très mal vécu l’épisode de l’explosion du groupe d’administrateurs des SR.

Parmi les exclus, nous comptions beaucoup de ceux qui nous ont soutenus, et la résistance, à notre encontre, par trop des autres, n’est sans doute pas étrangère à notre prise de conscience de la nécessité de dépasser le cadre des SR.

C’est, donc, une association avec une direction forte qui assume d’en conduire le démarrage, mais sans hiérarchie.
Nous avons bâti une association à direction collégiale.

Chaque membre du bureau ou du CA sera à égale considération pour prendre les décisions.
Il n’y aura pas de poste de Président, vice-Président… mais des tâches à se répartir et à assumer.

La présentation du fonctionnement, détaillée ci-dessous, donnera une idée de la volonté d’associer le plus grand nombre à la définition de nos objectifs, stratégies et revendications.

Chacun l’aura noté, nous avons dépassé le pré carré des enseignants pour créer une association à logique interprofessionnelle face à notre Ministère.
Peut-être faudra-t-il, en grandissant, sérier notre approche et nos démarches selon les différents métiers.
Pour l’heure, il était important de faire front, ensemble, face à notre patron identique.
N’était-il pas, non plus, logique que les plus nombreux (les enseignants) fassent bénéficier les plus isolés de la force que représente le nombre ?

C’est dans cet esprit que nous vous engageons dans une nouvelle étape pour peser mieux et plus face à l’administration et à quelques petits chefs irrespectueux des soucis de santé de certains d’entre nous…
Ajoutons un merci à toutes ceux et toutes celles qui ne sont qu’indirectement concerné-e-s par nos combat de venir faire un bout de chemin avec nous…

Nous avons réalisé ce clip un peu avant la création de l’asso.
il résume assez bien le travail réalisé pendant 6 mois…


Avec quel mode
de fonctionnement ?

textes de références :
statuts de l’association et Règlement Intérieur

L’association comporte 3 types de membres :

-Les membres statutaires : il s’agit de collègues de l’Éducation nationale, touchés personnellement par le handicap ou une maladie invalidante (reconnue ALD ou non) et les collègues aidants pour un proche (conjoint-e ou enfant).
Ces membres ont toutes les prérogatives que donne une adhésion à une association.

les membres sympathisants : nous ne voulions pas priver, de partager nos combats, des personnes ayant envie de s’y investir sans être de l’Éducation nationale ou sans être, elles-mêmes, touchées par la maladie ou le handicap.
Par contre, il nous a semblé essentiel (notamment en prenant en compte les remarques des participants à la page sur l’ouverture de l’asso – post du début de l’été- ) que le pouvoir de décision et d’organisation reste l’apanage des 1ers concernés, à savoir, les membres statutaires, membres de l’EN et concernés personnellement par les H&A.
Les membres sympathisants ne pourront, donc, pas participer aux organes statutaires de l’association : AG-CA-Bureau, mais ils pourront, ponctuellement y être associés sur décision du CA.

Néanmoins, il n’était pas question de ne leur laisser qu’un rôle de figuration.
Ils trouveront toute leur place dans le fonctionnement démocratique de l’association à travers les groupes de tâches et de réflexion qui auront un rôle déterminant pour le bon fonctionnement et l’élaboration de la stratégie de l’Association (voir le paragraphe consacré aux groupes de tâches et de réflexion).

Enfin, les experts : il s’agira de personnes extérieures à l’association qui seront invitées  par le CA pour apporter une aide définie dans un domaine ou pour une action particulière. Ils pourront être amenés à être associés aux groupes de travail, au CA ou au Bureau selon les besoins.

L’association est dirigée par un Conseil d’administration qui élit un bureau collégial.
Au démarrage de l’Association, le CA et le bureau collégial sont confondus et constitués des 7 membres fondateurs de l’Association (anciens membres du Collectif d’animation et de direction du groupe national SR Parlons handicap et Ald, auxquels se sont adjoints 2 membres du groupe ayant acceptés de s’investir pour le démarrage de l’asso).

Comme prévu par nos règlements internes, le CA a vocation de grandir, par cooptation, jusqu’à son prochain renouvellement. L’association ayant été créée en septembre 2019, le renouvellement du CA et la 1ère Assemblée Générale (AG) statutaire devront avoir lieu dans le 1er trimestre 2021 (principe d’au moins une année complète de gestion de l’asso).

Le CA sera renouvelé par tiers tous les 2 ans et, ceci, par un tirage au sort d’1/3 de sortants qui pourront se représenter au suffrage des adhérents selon le dispositif prévu par le Règlement Intérieur.

Le bureau est dénommé collégial car nous avons choisi de déposer les statuts d’une association à direction collégiale.
Tous les membres du bureau ont les mêmes prérogatives pour représenter l’association. Il administre l’association sous contrôle du CA.
Le bureau s’organise pour répartir, en son sein, les différentes tâches à accomplir.

Nous avons conscience, qu’en raison de notre travail, notre disponibilité n’est pas totale (contrairement à ce que certains pensent…), ni uniforme et que nos problèmes de santé nous procurent une force et une énergie fluctuante.
La solidarité voudra, donc, que nous tenions compte que l’investissement des un-e-s et des autres puisse subir des variations d’intensité…

L’Assemblée générale tous les 2 ans
Comme indiqué dans les statuts, nous avons fait le choix de tenir une AG tous les 2 ans, la Loi de 1901 n’imposant rien en la matière.
Nous avons fait ce choix pour que les préparations d’AG ne viennent pas alourdir notre fonctionnement et réduisent, d’autant, le temps consacré à travailler à l’objet de notre Association.
Il nous a semblé aussi qu’il fallait donner du temps pour mener à bien projets et actions.

Nous avons conscience que notre implantation nationale, les difficultés pour certains de se déplacer, soit physiquement, soit pour des raisons économiques, doivent nous amener à innover en la matière d’administration de l’Asso.
D’ores et déjà, nous avons prévu que des modalités de vote par voie électronique seront mises en place pour permettre à toutes et tous de participer concrètement aux décisions. Comme nous l’avons fait, à plusieurs reprises, nous n’hésiterons pas à solliciter vos avis sur la page Facebook pour éclaire les propositions et les décisions.

Une présentation formelle des comptes sera faite tous les ans (année d’AG ou non) et un point de trésorerie pourra être fait chaque fois que nécessaire.
Nous ferons appel à volontaires, dont 2 seront tirés ensuite au sort, pour être commissaires aux comptes et procéder à une vérification indépendantes des comptes les années d’AG et les années intermédiaires.

Nous souhaitons que ces rituels administratifs formels soient doublés par une véritable vie démocratique de l’Association.

Pour se faire, nous avons imaginé 3 outils :
– les groupes de travail et de réflexion
– le Comité d’Animation et d’Orientation (CAO)
– la tenue, à terme, de journées de rencontres sur le modèle d’universités d’été (ou de toute autre saison…).

Les groupes de travail et de réflexion :
Ils seront ouverts à tous les membres de l’asso sur la base du volontariat.

Ils seront mis en place sur proposition du CA pour répondre à la réalisation de tâches matérielles ou en prospective pour alimenter la réflexion et la connaissance de l’asso sur des sujets précis.

Ils pourront, aussi, être proposés directement par des membres de l’Association et soumis à l’avis du CA qui les mettra en place après avis positif.

Un cahier des charges écrit sera constitué avant la constitution de chaque groupe afin de délimiter le champ d’intervention ou de réflexion du groupe et les moyens à y consacrer.

Chaque groupe sera administré par un animateur et un secrétaire agréés par le CA.
Un compte-rendu des travaux est fourni au CA tous les 6 mois.

Leurs travaux seront organisés via un groupe de discussion Messenger rattaché à la page « Parlons Handicap ou Ald » ou à une page qui sera créée pour le travail des groupes, si nécessaire.

L’ensemble des groupes de tâches et de travail seront suivis et épaulés par un administrateur référent.

Le comité d’animation et d’orientation (CAO)
Chaque fois que nécessaire, le CA pourra organiser une réunion (physique ou numérique) de tous les animateurs et secrétaires de l’ensemble des groupes avec les membres du CA.
Cette réunion prendra la forme d’un comité d’animation et d’orientation (CAO) qui sera une instance permettant d’affiner la stratégie et la réflexion de l’asso. Son travail pourra, notamment, conduire à interroger l’AG sur certains points de notre action.

visuel du fonctionnement statutaire

Journées de rencontres sur le modèle d’universités
L’équipe qui a préparé cette démarche et qui anime le groupe depuis avril a souvent été frustrée de ne pas pouvoir travailler ensemble physiquement.
C’est le lot d’une organisation nationale sans beaucoup de moyens et dont les membres sont éparpillés sur le territoire.
Par ailleurs, si perdre de l’argent et du temps en déplacements ne font pas partie de nos rêves…, donner du lien social et humain, de temps à autre, n’est pas une perspective désagréable.
Les rares rencontres duelles que nous avons eu, ont, naturellement, renforcé nos liens.

Nous pourrions, donc, imaginer, pour celles et ceux, qui le souhaiteraient, de prévoir une rencontre de temps à autre (pourquoi pas tous les 2 ou 3 ans) qui pourrait ressembler à une Université d’été.
Elles pourraient avoir un thème central, qui pourrait recevoir des contributions préalables des absents, mais aussi avoir « un effet déballage » pour mettre, en débat et en réflexion, diverses thématiques.
Ce serait, également, l’occasion, au moins au niveau d’une région, de faire connaitre l’Asso.

Voilà, nous sommes au début d’un chemin potentiellement long.
Il n’est pas tracé et chacun pourra et, même devra, relever ses manches selon ses disponibilités et ses capacités et mettre en commun ses talents de bâtisseur.

Nous avons créé un outil, mais nos seules volontés ne pourront pas construire l’avenir meilleur que nous voulons pour les personnels de l’Éducation nationale qui veulent travailler malgré handicap et/ou maladies invalidantes…


Nous aurons besoin de toutes les énergies, tous les enthousias-mes.
Notre dernier souhait, c’est que cela se fasse dans le même esprit de concorde et d’entre-aide mutuelle, à l’image des échanges que nous avons depuis 6 mois sur notre page.


Bon vent à ANTHÉN et toutes celles et tous ceux qui la ferons vivre…