L'actu…

BONNE RENTRÉE 2020 A TOUTES ET TOUS !

Communiqué de Presse Anthén pour les personnes vulnérables

Fichier PDF communique de presse final rentrée 2020.pdf

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

VISIOCONFERENCE du 11 juin 2020 AVEC M STUDER, Président de la Commission éducation et culture à l’Assemblée Nationale

Ce jeudi 11 juin, nous avons enfin pu honorer notre rendez-vous avec M. Bruno Studer, président de la commission éducation et culture à l’Assemblée Nationale. Notre rendez vous virtuel a duré un peu plus d’une demi-heure. Nous avons commencé par présenter l’association et les 5 membres de son bureau, ses objectifs, et avons affirmé la volonté d’un contact pérenne avec M. Studer.
Le Prof Bashing très en vogue ces derniers jours, qui nous touche particulièrement dans les rangs des personnels qui ne sont pas encore retournés travailler en présentiel. Nous avons rappelé le travail important que nous avons tous fourni depuis ces 3 derniers mois, et la nécessité de ne pas stigmatiser davantage les personnels fragiles. Nous avons d’ailleurs signalé que certains d’entre nous ont du rester chez eux, faute de compatibilité entre le protocole sanitaire et l’aménagement de poste, aménagement parfois clairement refusé au nom du protocole.

L’inquiétude des collègues pour la rentrée prochaine. Des élèves atteints de handicap prioritaires pour le retour en classe, mais l’absence totale de vision quant à l’accueil des collègues atteints de handicap ou en ALD. Nous formons des futurs citoyens, et il est nécessaire qu’ils soient aussi confrontés au handicap et à la diversité des situations, y compris en classe.
La nécessité de service invoquée par certains chefs d’établissement à réception des préconisations d’aménagement de poste par les médecins de prévention, et le refus de les mettre en œuvre, qui reste légal mais qui nous semble inacceptable.
L’absence de médecine du travail, et la pauvreté de la médecine de prévention, notamment dans les académies du sud du pays, qui n’ont parfois plus de médecin, ou un seul pour 80000 agents. Nous avons dénoncé la hiérarchisation des maladies et des affections, la négation parfois violente des maladies et affections pourtant attestées par des spécialistes , afin de ne pas aménager trop de postes ou de ne pas accorder trop de « faveurs » aux agents. Nous avons demandé à ce que soit entamé un travail sérieux de fondation d’une véritable
médecine du travail (et non de prévention), humaine, formée, efficace.
La suppression des CHSCT, qui nous inquiète car nous sommes désormais sans garde fou et sans protection quant à nos droits en tant que bénéficiaires de la RQTH ou de l’ALD. M. Studer, qui a voté la loi et ne peut donc appeler au retour des CHS, a promis un point d’étape au bout de 3 ans de fonctionnement afin de regarder l’évolution de la situation des personnels.
La fin des CAPA qui rend opaque l’attribution des bonifications au titre du handicap et plonge les agents dans une grande incertitude.
La réforme des retraites, qui nous obligera à travailler plus longtemps, alors même que nous aurons parfois du mal à travailler jusqu’à 60 ans. A cela M. Studer répond que la loi est encore sur le bureau du Sénat et qu’elle prévoit tout de même des « dispositifs prometteurs » en faveur des personnes handicapées. Ce n’est pourtant pas ce que nous avions compris !
La rémunération au mérite : nous avons signalé que nous en serions automatiquement exclus, faute d’heures sup dans le second degré, de capacité à en faire toujours plus, de prendre plus de responsabilités.

Nous avons demandé la mise en place d’une réelle politique du handicap au niveau national qui englobe des allègements de postes en nombre suffisant, des correspondants handicap formés et capables de nous accompagner sans jugement, une véritable information sur nos droits lorsque nous déclarons notre handicap ou notre ALD, des chefs d’établissement ou de service formés également à nous accueillir sans nous regarder comme « des épines dans le pied de l’EN », une gestion humaine et non plus seulement comptable de nos difficultés.

Bien sûr, nous n’avons pas de réponse à nos questions. Cependant, M. Studer a proposé que nous nous rencontrions ultérieurement pour reparler notamment de la médecine de prévention. Il a noté nos témoignages et ce que nous pouvions vivre au quotidien, quelles étaient les difficultés que nous rencontrions, et s’est montré intéressé et concerné. Il nous a également encouragés à rencontrer d’autres parlementaires dans nos régions, ainsi que des sénateurs. Nous leur avions déjà envoyé un courrier, nous allons les recontacter.

page pratique spéciale coronavirus

>>>>>>cliquez ici>>>>>>>>
__________________________

Coronavirus :
les profs atteints par des pathologies invalidantes très inquiets…
Leur association nationale, ANTHÉN,

a saisi le ministère.

Communiqué de l’association ANTHÉN
27/02/2020

Avant même qu’ils apprennent le décès de leur collègue de l’Oise, les enseignants de l’association nationale ANTHÉN, qui regroupe des personnels de l’Éducation nationale handicapés et frappés par des maladies chroniques et invalidantes, ont fait part de leurs inquiétudes auprès du Ministère de l’Éducation nationale.    
« Une certaine inquiétude est en train de saisir nombre de nos collègues touchés par des problèmes de santé chroniques souvent en liaison avec une affection de longue durée alors que se profilent les risques d’une pandémie, conséquence du coronavirus. » avons-nous écrit à la direction des ressources humaines.

En effet, les experts médicaux indiquent que « les patients déjà atteints de maladies cardiovasculaires sont les plus menacés par une issue fatale, devant les diabétiques ou les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques ou d’hypertension ». 

Nous devons ajouter que la prise de certains traitements, comme les immunosuppresseurs, ou une pénurie possible de certains médicaments augmenteraient particulièrement la mise en danger des collègues concernés qui se trouveraient en contact avec la maladie.

Aussi, dans un souci de prévention, nous avons demandé, à la DRH du ministère, de bien vouloir nous indiquer les conduites spécifiques à tenir par mesure de protection, par les collègues  porteurs de maladies invalidantes à risques, qui auraient des probabilités d’être confrontés au virus.

Tous les personnels adhérents d’ANTHÉN, présentent leurs condoléances à la famille, aux amis et à la communauté éducative de notre collègue de l’Oise.

-début février 2020
Les réponses reçues après l’envoi
de notre position sur les retraites

La prise de contact de Benoit Teste, secrétaire général de la FSU
– accès en cliquant sur ce lien >>>>>

– janvier 2020
Notre contribution
sur la question des retraites

Dans le prolongement du manifeste revendicatif qui avait été la première expression concrète de notre groupe, nous avons, de manière collaborative, élaboré une réflexion/prise de position sur le douloureux problème des retraite.
Douloureux parce que, encore ici, la double peine pourrait bien nous être réservée : recul des conditions générale, plus pour nous, les incertitudes et difficultés nouvelles en raison de nos état de santé.

Notre contribution a été envoyée aux ministères concernés, ainsi qu’aux parlementaires qui avaient manifesté de l’intérêt pour nos premières actions.
Toutes les Fédérations et syndicats de nos champs d’activité seront également destinataires.

Cliquez sur ce lien ou sur l’image pour avoir accès au texte

– 10/1/2020
le DGRH adjoint,
interlocuteur d’ANTHÉN

Nouveau courrier du ministère en date du 10 janvier 2020.
Le DGRH adjoint prend acte de notre volonté d’être une force de proposition et nous assure vouloir porter attention à nos contributions.
Notons, qu’à ce jour, le secrétariat d’Etat aux personnes handicapées est resté sourd et muet à nos correspondance.

– 28/11/2019
premier contact sérieux
avec le ministère

Un courrier signé par le chef de cabinet du ministère, en date 28 novembre 2019, nous est parvenu en retour de notre information sur la création d’ANTHÉN et notre volonté de devenir des interlocuteurs reconnus sur la question du handicap et de la maladie invalidante des personnels.